Avent / Les bergers : aussi des personnes « pas comme les autres » ?

Voici le temps de l’Avent : Noël approche !
Quelle place pour les gens fragiles ?
Ne sont-ils pas parmi des bergers, eux aussi ?

Dès le début de l’Avent 2019, n’hésitons pas à nous mettre en route vers la crèche de Rocamadour : ses bergers un peu « différents », un peu « autrement », sauront nous guider sur les chemins vers la Lumière, vers Celui qui se fait « tout petit » parmi les petits, lui, le Fils, le Tout-Puissant, le Dieu Fort, Prince de la Paix !

Forts de cette découverte, nous pourrons continuer notre visite des crèches du Diocèse : nous y trouverons certainement bien d’autres trésors qui viendront enrichir notre marche vers Noël !
Bon Avent à chacune et chacun !

Sophie DOUMENC,
responsable de la Pastorale des Personnes Handicapées et le Conseil PPH


- Ci-dessus : crèche de Rocamadour : une crèche pas tout à fait comme les autres !
Cinq routes s’acheminent vers l’Enfant Jésus. Sur chacune avance un berger différent, qui présente des fragilités et des handicaps.
Jésus est venu pour Josué, Elisha, Alphé, pour Syméon et Michée, Dieu Lui-même s’est fait tout petit pour nous montrer à quel point nos fragilités, nos handicaps, ne sont pas un obstacle pour Lui.
Alors particulièrement en contemplant la crèche cette année, entrons dans ce regard inconditionnel de Dieu, osons lui présenter avec confiance nos propres vulnérabilités, et regardons celles de nos frères avec tendresse.
«  Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi  » 1 Co 1, 27

  • Josué est un enfant en fauteuil roulant
    2 Sa 4,4 : Jonathan, fils de Saül, avait un fils perclus des pieds ; âgé de cinq ans
  • Elisha est aveugle
    Is 42:16 : Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas
  • Alphé porte le poids des ans
    Ps 71,9 : Ne me rejette pas au temps de la vieillesse ; Quand mes forces s’en vont, ne m’abandonne pas !
  • Les membres de Syméon sont difformes
    Ac, 3, 2 : Près de la porte du temple appelée « la Belle Porte », il y a un homme infirme depuis sa naissance.
  • Michée... Qu’a donc Michée ? Un handicap qui ne se voit pas.
    Psaume 119 « La tristesse m’arrache des larmes : relève-moi selon ta parole »

Jésus est venu pour les petits. Les personnes porteuses de handicap : à la crèche, pensons-y !

- Une orientation :

« Toute personne marquée par une difficulté physique ou psychique vit une sorte d’« avent » existentiel, l’attente d’une « libération ». Le temps de l’Avent, qui commence aujourd’hui, nous pousse à nous préparer à accueillir le Seigneur qui viendra.

Mais comment nous y préparer ?
Notre célébration significative met en lumière qu’une manière concrète de nous disposer à cette rencontre est la proximité et le partage avec ceux qui, pour quelque raison que ce soit, se trouvent en difficulté.
En reconnaissant le Christ dans notre frère, nous nous disposons à être reconnus par lui lors de son retour définitif. C’est ainsi que la communauté chrétienne se prépare à la seconde venue du Seigneur : en mettant au centre les personnes que Jésus lui-même a privilégiées, ces personnes que, souvent, la société rejette, pour lesquelles elle n’a aucune considération... »
Jean-Paul II 3 décembre 2000

Cette année, la P.P.H. (Pastorale des Personnes en situation de Handicap) propose à nos Communautés Paroissiales de porter un regard attentif aux personnes fragiles et/ou porteuses d’un handicap, physique ou psychique…

- Comment ?
Quelques propositions…

- Dans la réalisation de nos crèches :

  • représenter des bergers « un peu différents »,en lien avec le handicap, la vieillesse, la fragilité …
  • représenter différentes routes pour accéder à l’EnfantJésus de la crèche
  • afficher un texte, profane ou tiré de l’Evangile, qui mène à une réflexion sur la place des personnes en situation de handicap dans nos Communautés, nos églises,…
  • exposer des dessins d’enfants, qui « parlent » de la différence…

Le 24 décembre, une personne fragile pourrait amener l’Enfant-Jésus à la crèche

En entrant dans cette démarche, tout en respectant le projet initial de chaque communauté paroissiale, nous mettons « au centre les personnes que Jésus lui-même a privilégiées »,
comme nous le dit St Jean-Paul II.

« l’Adoration des bergers » d’Andréa Mantegna, peintre de la renaissance italienne. Ce tableau représente non seulement de pauvres bergers, mais aussi des personnes fragiles (on distingue sur le chemin un homme avec une béquille). A noter les nombreux chemins qui mènent à Jésus.

Soutenir par un don